Blog

[ PAROLE DE COMMERCANTS ! ] : Rencontre avec Jean-François BARBIER le gérant de la boutique « Au 41 rue des Granges » à Besançon

+
<h3>Teekers c’est aussi une communauté de commerçants d’exception, qui oeuvre chaque jour pour satisfaire une clientèle qui aspire à une consommation responsable et mesurée.</h3> <p> </p> <p>A l’instar de l’avénement du bio dans les années 2005, la consommation locale, responsable et mesurée est un mouvement dont les bruissements commencent à porter.</p> <p>Venu récemment rejoindre le mouvement, nous avons rencontré Jean-François BARBIER, gérant de la boutique « Au 41 rue des Granges » à Besançon : lumière sur un univers haut en couleur fondé par un entrepreneur qui l’est tout autant. </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-1.jpg" style="height:368px; width:482px" /></p> <hr /> <h3> </h3> <h3>A tout juste 39 ans, Jean-François Barbier est déjà une figure emblématique du commerce bisontin.</h3> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-2.jpg" style="height:213px; margin:10px; width:189px" /></p> <p>Son magasin ne désemplit pas, contrairement à ce que voudrait faire penser les chantres du e-commerce dans leur œuvre de destruction massive du commerce de centre-ville. </p> <p>Jean-François est un « dénicheur » de beaux produits; il n’y a qu’à se rendre dans sa boutique pour découvrir les belles pièces soigneusement sélectionnées par ce passionné de mode. Depuis maintenant deux ans, Jean-François a séduit une clientèle variée en proposant une offre de qualité pour toutes les bourses. En découvrant Teekers et sur la recommandation d’un confrère commerçant, il a décidé avec enthousiasme de rejoindre la communauté des commerçants Teekers. </p> <hr /> <h3><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-6.jpg" style="height:265px; margin:10px 0px; width:200px" /></h3> <h3>Il y a effectivement retrouvé ce qui lui manquait pour exprimer plus largement encore sa passion.</h3> <p>Au-delà de digitaliser le commerce physique, pour faciliter l’expérience des consommateurs souhaitant vivre une expérience shopping, locale, efficace et responsable, Teekers sélectionne pour eux une communauté de commerçants professionnels, accueillants, disponibles, qui ont chevillé au corps le sens du service et la satisfaction de leurs clients.</p> <p>Vivre une expérience shopping chez un commerçant Teekers, c’est la garantie de passer un moment agréable, une valeur fondamentale qui figure en tête des attentes des clients. </p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <hr /> <h3>Quelques questions à Jean-François afin de vous faire découvrir son parcours et son univers : </h3> <p>Pourquoi avez vous créé « Au 41 rue des Granges » ?  </p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-3.jpg" style="height:220px; margin:10px; width:212px" /></p> <p>« J’ai travaillé en tant que responsable de vente dans un grand groupe; la vente et la relation client y étaient très cadrées et cloisonné au style de la collection. J’ai eu cette volonté de vivre le commerce différemment, de me rapprocher d’avantage de mes clients en leur proposant des pièces sélectionnées avec soin. La volonté également de construire une relation simple mais intime avec mes clients qui me confient, en quelque sorte, leur image qui n’est autre que le reflet de leur personnalité. Je sélectionne donc chaque pièce avec soin, dans cette quête permanente de vouloir surprendre mes clients et de leurs faire passer un moment agréable tout en mettant à leur disposition mes compétences et mes conseils. »</p> <p> </p> <p> </p> <p>Vos ventes se portent bien, votre boutique ne désemplit pas, qu’est-ce qui vous a attiré chez Teekers ? </p> <p>« Il est vrai que je crois peu au e-commerce appliqué aux commerçants physiques. Certains de mes confrères ont lancé un site de vente en ligne afin d’aller chercher des ventes partout en France. Et malheureusement pour eux, cela cela ne représente qu’un faible pourcentage de leurs ventes. Les géants du e-commerce, y compris les grandes enseignes du retail, dépensent des fortunes pour que les consommateurs achètent en ligne des produits stockés dans leurs entrepôts. Dans cette course à l’armement, comment un commerçant physique qui souhaite vendre en ligne, avec ses moyens…peut tirer son épingle du jeu ? Le pari semble perdu d’avance. Ce qui m’a convaincu chez Teekers, c’est avant tout la démarche locale : il est inutile d’aller vendre ses articles à Marseille quand on est implanté à Besançon. Ma priorité est d’abord d’aller à la rencontre des bisontins qui recherchent les articles dont je dispose en magasin. Et puis Teekers est en quelque sorte le prolongement du soin que je porte à mes clients. J’ai la possibilité de mettre en ligne mes articles, un équipier Teekers est à mon service pour m’accompagner en cas de besoin, la possibilité de livrer mes clients qui, de façon occasionnelle, ne peuvent se déplacer dans ma boutique, est particulièrement appréciable. Mes clients ont ainsi accès en permanence à ma boutique, 24 h / 24 et 7 j / 7, c’est vraiment top ! Ils profitent ainsi de mon univers en permanence et cela peut importe l’endroit où ils se trouvent. »</p> <hr /> <h3>Comment percevez vous cette rivalité entre digital et physique ? </h3> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-5.jpg" style="height:185px; margin:10px; width:313px" /></p> <p>« Nous sommes dans une phase importante du commerce, chaque jour les choses changent, chaque jour des consommateurs achètent en ligne, chaque jour des magasins ferment. Il faut bouger, c’est à nous d’évoluer pour mieux répondre à nos clients. De nos jours, il n’est pas possible d’envisager une activité commerciale coupée de toute expérience digitale. Il faut se faire connaitre d’avantage, et chaque jour un peu plus. Le digital doit être considéré comme le rendez-vous à ne pas manquer pour le commerce physique. Permettre à mes clients de découvrir mes nouvelles sélections, mes coups de coeur et communiquer sur mes services (conseils, livraison, retouches gratuites…) je peux le faire en magasin client par client, mais avec le digital j’atteins des consommateurs que je peux conduire dans ma boutique. Le digital n’est pas une menace… c’est une réelle opportunité. »</p> <p> </p> <hr /> <h3>Et pour conclure ? </h3> <h3><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/photo-commerc%CC%A7ants-41-rue-des-granges-5(1).jpg" style="float:right; height:199px; margin:10px; width:247px" /></h3> <p>« Peu de marques n’existent que sur internet, et à l’avenir, peu de commerces physiques existeront sans être connectés. Une ville sans commerces n’existe pas, ne vit pas, une ville respire par ses commerçants, ce sont eux qui assurent un espace de communication permanent aux marques et aux enseignes. Rejoindre Teekers me parait être l’étape suivante du développement de mon activité et la marche à suivre pour le commerce physique urbain. Être présent là où certains de mes clients m’attendent et où de futurs clients me découvriront. »</p> <p>Retrouvez-moi sur Teekers, le shopping si proche de vous !</p> <p><a href="https://www.teekers.fr/commercant/details/au-41-rue-des-granges_2787"><strong>https://www.teekers.fr/commercant/details/au-41-rue-des-granges_2787</strong></a></p>

[ PAROLE DE COMMERCANTS ! ] : Rencontre avec Laetitia CHERAMI dirigeante de la boutique NAPAPIJRI à Besançon

+
<p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/IMG_6947.jpg" style="height:556px; width:800px" /></p> <p> </p> <p>Teekers part à la rencontre de commerçants formidables qui oeuvrent chaque jour pour offrir à leurs clients une expérience shopping inédite. Pour ce premier Blog Post de la rubrique [ PAROLE DE COMMERCANTS ! ]  découvrez Laetitia Cherami , dirigeante de la boutique NAPAPIJRI située à Besançon, 5 rue Bersot. Laetitia a rejoint Teekers au cours de l’année 2018, son dynamisme et sa bonne humeur concordent avec l’esprit Teekers : « Proposer une expérience shopping mixant le meilleur du commerce physique au meilleur du e-commerce ! ».</p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/IMG_6935.jpg" style="height:602px; width:800px" /></p> <p> </p> <p><strong>« Tout d’abord, Laetitia, pourquoi Teekers ? » </strong></p> <p>« Teekers est une super initiative portée par des personnes ambitieuses et dynamiques. Je souhaite que les commerçants suivent le mouvement. Teekers est un vrai plus pour ma boutique ; En tout juste deux jours les équipiers terrain Teekers ont mis en ligne une centaine d’articles que je commercialise désormais en ligne et en boutique. Tous ces produits sont disponibles en clic & collect et en livraison. Tout les services sont compris dans mon abonnement . C’est le top ! »</p> <p>« <strong>Comment s’est déroulé votre</strong> <strong>démarrage sur Teekers ? »</strong></p> <p> Dès mon démarrage sur Teekers, l’équipe s’est rendue dans ma boutique pour me former à la solution; c’était simple et rapide. Puis ils ont démarré la mise en ligne d’une centaine d’articles. 48 heures après j’avais mon profil e-commerce créé sur Teekers. Je propose désormais à mes client le click & collect, la livraison express, la livraison le lendemain, et cela pour leur offrir toujours plus de services et mieux les satisfaire.</p> <p> </p> <p><strong><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/IMG_6952.jpg" style="height:237px; width:200px" /></strong></p> <p> </p> <p><strong> « Qu’attendez vous de Teekers ? »</strong></p> <p> «  Teekers offre à mon point de vente et à la marque NAPAPIJRI la visibilité locale qui nous manquait. Même si la marque NAPAPIJRI est très connue et que ma boutique dispose déjà d’une clientèle habituée et fidélisée, certains bisontins ou habitants de la région ne nous connaissent pas encore et de façon plus générale ne savent pas qu’ils peuvent trouver tant de choses dans les boutiques du centre ville. En recherchant sur Teekers, les clients peuvent désormais voir à distance les produits que je propose, mais aussi les acheter directement en  ligne, avant de venir les retirer dans ma boutique ou se faire livrer le jour-même ou le lendemain. </p> <p>Chaque client qui recherche un article peut consulter mes produits. Si le produit n’est pas en ligne, le client peut m’adresser un message en direct pour l’obtenir. Si le produit est disponible en boutique, il peut l’acheter tout de suite; sinon je le commande à la marque afin de satisfaire la demande. </p> <p>Je veux rétablir un lien direct avec ces consommateurs bisontins qui commandent sur des sites de vente en ligne alors que je dispose des mêmes produits au même prix dans ma boutique. Je peux également diffuser en quelques minutes, quand je le souhaite, des offres promotionnelles ou réserver des actions spéciales aux nouveaux clients qui nous découvrent par l’intermédiaire de Teekers.</p> <p><strong>« Et pour conclure ? »</strong></p> <p>Je souhaite que Teekers deviennent un véritable réflexe pour le shopping de proximité et que les clients qui souhaitent effectuer un achat en ligne fassent d’abord la démarche de rechercher sur Teekers. Il y a tant de choix dans notre ville ! Je souhaite également que d’autres commerçants nous rejoignent afin d’avoir une offre complète pour nos clients, que nous devons plus que jamais « bichonner » !  »</p> <p> </p>

LE BON SENS ...

+
<p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202018-06-08%20%C3%A0%2021_53_51.png" style="height:468px; width:800px" /></p> <p> </p> <h3><strong>ET SI LE DERNIER KILOMÈTRE N'ETAIT PAS, TOUT SIMPLEMENT, LE PREMIER KILOMÈTRE ?</strong></h3> <p>En 2020, si la croissance des ventes en ligne se poursuit au rythme des cinq dernières années, les transporteurs devront acheminer plus <strong>d'un milliard de colis par an.</strong></p> <p>Ce mode de livraison représente <strong>20% du trafic national routier,</strong> est <strong>généré à 80% par les e-marchands</strong> extérieurs aux villes et à leur périphérie, <strong>occupe 30% de la voirie</strong> et provoque <strong>25% des émissions de gaz à effet de serre.</strong></p> <p>Pour le seul Amazon, en 2016, on estime que ces <strong>coûts de livraison ont représenté 7 milliards de dollars</strong> investis par le e-marchand pour acquérir et fidéliser de nouveaux clients (qui ont payé à postériori les efforts consentis pour les conquérir…).</p> <p>Et tout cela alors que 37<strong>% des commandes passées en ligne laissent les acheteurs sur leur faim</strong> et que 24% des colis repartent dans l'autre sens vers le e-marchand, provoquant "une double peine" économique et écologique à hauteur de <strong>160 millions de colis par an.</strong></p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Fotolia_37957627_XS.jpg" style="height:310px; width:387px" /></p> <h3> </h3> <h3>LE BON SENS PROCHE DE VOUS.</h3> <p>Dans une ville moyenne, entre <strong>1,5 et 2 millions de produits</strong> (selon la période de l'année) sont disponibles en permanence dans les rayons et les réserves des points de vente existants.</p> <p>Pour l'ensemble des commerçants professionnels indépendants en France (430.000), cela représente <strong>plus de 850 millions d'articles à la disposition permanente des consommateurs et mobilisables en quelques heures.</strong></p> <p>En grande majorité (80%), les produits commandés aux e-marchands sont donc déjà présents sur le territoire de leur consommation.</p> <p>Ils peuvent être essayés, choisis dans la bonne taille, assortis à d'autres produits, sélectionnés sur les conseils d'un vendeur expérimenté et disponibles dans la journée avec tous les services possibles (retrait magasin, livraison express en vélo électrique, dépôt en consigne drive…).</p> <p>Sans que cette disponibilité n'implique toutes les dérives décrites plus haut.</p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Fotolia_175080489_XS.jpg" style="height:297px; width:404px" /></p> <p> </p> <h3>RAISONNER AUTREMENT, PENSER LOCAL.</h3> <p>Et si, plutôt que de s'évertuer à créer de nouveaux circuits et modalités de mise à disposition, pour des produits qui parcourent parfois des centaines, voire des milliers, de kilomètres, nous ne considérions pas chaque point de vente comme un point de départ logistique ?</p> <p>Organiser la mise à disposition d'un produit qui se trouve déjà dans l'environnement direct du consommateur est autrement plus vertueux et responsable que d'inventer, sous prétexte de disruptions technologiques, un autre modèle superflu aux seules fins destructrices.</p> <p>Pour les 3 raisons qui emportent aujourd'hui la décision du consommateur – "la meilleure offre que je puisse trouver en étant sûr d'être satisfait", "le désir de disposer rapidement de mon achat", "la volonté de disposer du choix le plus vaste" – <strong>TEEKERS </strong>initie une nouvelle culture de consommation.</p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Fotolia_141131297_XS.jpg" style="height:245px; width:490px" /></p> <p> </p> <p>Devant l’évidence de ce constat sans appel sur les dérives de la vente en ligne, tous les acteurs du commerce doivent donc être visibles pour s’exprimer directement auprès du consommateur et disposer d’une vraie <strong>SOLUTION DE E-COMMERCE DE PROXIMITÉ PERSONNALISÉE POUR CHAQUE CLIENT.</strong></p> <p> </p>

UN NOUVEAU CONSOMMATEUR EST NE !

+
<p>…Et les derniers chiffres publiés, sur les performances du e-commerce en 2017 et ses prévisions pour les années à venir, sont là pour l'attester.</p> <p><strong>+14,3% en 2017 (+17,5% en fin d’année)</strong> </p> <p><strong>+ de 90 Millards d’Euros en 2018</strong> </p> <p><strong>+ de 100 Millards d’Euros en 2019</strong></p> <p><strong>+ 38% pour les ventes réalisées sur mobile</strong></p> <p> <strong>37.000 millions de cyber-acheteurs en 2017</strong></p> <p> alors que dans le même temps le commerce local en points de vente peine à subsister. Cette hémorragie commerciale, qui ne cesse de croître et dont le rythme s’accélère, n'est pas inéluctable.</p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/s7qw6.jpeg" style="float:left; height:600px; width:300px" />   </p> <p> </p> <h3>    Les 18-34 ans préfèrent les magasins physiques.</h3> <p>    Ces <em>digital natives,</em> totalement en phase avec leur époque, pratiquent forcément leur shopping à leur sauce et sur le bout des doigts grâce à leurs objets connectés.</p> <p>Leur agilité est grande à passer de la toile, ou des écrans, pour repérer, comparer, suivre la marque ou opérer une transaction, au magasin physique pour essayer (79%), vivre un événement, fréquenter un lieu unique, toucher ou voir (82%), être conseillé (59%), échanger, photographier ou faire un selfie et bien sûr acheter.</p> <p> </p> <h3>… une continuité fluide entre leur usage de la technologie et leurs pratiques de consommateur.</h3> <p>Et en général, quand ils sont en boutique, ils sont satisfaits (81%), trouvent les vendeurs aimables (77%), bon conseillers et forces de proposition (73%), ayant une bonne connaissance de leurs produits (72%) et disponibles (71%).</p> <p> </p> <h3>Les nouvelles attentes </h3> <p>Cette réalité constitue un tout qui détermine aujourd'hui de nouvelles attentes.</p> <p>Elles doivent être satisfaites par une approche différente de l'offre, de son affichage et de sa visibilité, des services qui sont attendus pour faciliter l'acte d'achat et la mise à disposition du produit, de la possibilité de s'exprimer et d'adresser à l'autre (commerçant ou consommateur selon l'initiative du message) son attente, son envie, sa recherche, sa proposition, sa réponse… dans un échange singulier. </p> <p>Il est urgent de s’emparer de ce problème et de se doter d’une solution globale pour réconcilier le consommateur et son marché de proximité, dans toute la diversité de celui-ci. </p> <p>Ne passez plus à côté des opportunités locales , démarrez tout de suite : hello@teekers.fr </p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/s7ng1-1.jpeg" style="height:200px; width:600px" /></p> <p> </p> <p> </p>

POURQUOI FAIRE SI COMPLIQUÉ ?

+
<p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/bandeau-blog(1).jpg" style="height:200px; width:800px" /></p> <p> </p> <p><strong>Les deux premiers mois de l'année 2018 sont dans la continuité des tendances observées en 2017, et plus généralement constatées depuis plusieurs années.</strong></p> <p><strong>Érosion du chiffre d'affaires et recul de fréquentation font désormais partie intégrante</strong><strong> du tableau de bord de tous les commerçants </strong><strong>en point de vente :</strong></p> <p><strong>- 5,2% </strong>pour l'évolution du chiffre d'affaires du commerce spécialisé en février 2018,</p> <p><strong>- 8,8% </strong>s'agissant du fléchissement de la fréquentation des magasins en France.</p> <p>Dans le même temps, les recherches sur mobile, motivées par la question "où acheter des produits" ont augmenté de <strong>85%</strong> ces 2 dernières années,</p> <p>Et le temps passé à parcourir les sites marchands a encore progressé pour se situer à <strong>3 heures par mois en France</strong> jusqu'à <strong>plus de 5 heures au Royaume-Uni.</strong></p> <table align="center" border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tbody> <tr> <td> <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td> <h3><strong>"Remettre l'église au centre du village".</strong></h3> <p>Chaque commerçant n'existe qu'à travers ses clients.</p> <p>Tous les acteurs du commerce, de quelque génération qu'ils soient et pour tous les formats qu'ils exploitent, ont un besoin impérieux de visibilité, dans toutes les dimensions qu'elle puisse prendre, pour s’exprimer auprès du consommateur.</p> <p>Pour tous les commerçants en points de vente, cette visibilité leur était acquise naturellement, jusqu'à ce qu'elle soit confisquée par les acteurs du e-commerce qui, à grands renforts d'innovations (réalité augmentée, bots, intelligence artificielle …), ont substitué le virtuel à la réalité, la techno au contact, déshumanisant de fait la relation entre individus. </p> <p>Pour remettre du bon sens dans ces pratiques, nous avons créé TEEKERS pour qu’elle soit la colonne vertébrale d’une vraie stratégie de renouveau du commerce de proximité.</p> <table align="center" border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tbody> <tr> <td> <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td> <h3><strong>Replacer le consommateur au centre de nos attentions</strong></h3> <p>Dans cette vaste entreprise de conversion technologique du commerce de proximité, il y a une formidable opportunité pour projeter les points de vente physiques vers de nouvelles pratiques.</p> <p>La technologie n’a jamais rendue si réaliste la perspective d’offrir aux consommateurs de nos villes, en unifiant toute l’offre commerciale représentée par les commerçants, artisans, professions libérales de chaque espace commercial, « le plus grand et séduisant centre commercial » de leur région.</p> <p>En numérisant le réel, nous pourrons remettre « l'église au centre du village », le consommateur au cœur de nos préoccupations pour qu’il se réconcilie avec l’offre commerciale qui l’entoure (et ceux qui l’expriment !).</p> <p>Implantez l'éco-système Teekers dans votre point de vente.</p> </td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> </tbody> </table> <p> </p> </td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> </tbody> </table>

WINDOWS ON THE WORLDS

+
<p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202017-07-08%20%C3%A0%2014_13_57.png" style="height:548px; width:550px" /></p> <p> </p> <p>Nous consacrons ce premier article sur « le Blog du shoppeur » à MOLLY, un concept Store remarquable de Besançon. Depuis le 14 Mars 2015, ce concept store a ouvert ses portes 60 rue Bersot à Besançon. Prêt à porter, sneakers, objets,… MOLLY propose une gamme de produits sélectionnés parmi les marques modernes les plus tendance. APC, Nike, Palace, Stampd, CdG Puma, Y-3, Adidas Consortium, Sister Jane ..., auxquelles s’ajouteront des créations de jeunes designers plus confidentiels mais non moins talentueux, comme Gosha Rubchinskiy, Aime Leon Dore, &klevering, 1992 Wear, ... Son ambition : devenir un haut-lieu de culture et de mode à Besançon, avec comme spot vedette la fringuante rue Bersot.</p> <p>Vêtements, chaussures, musique, films, sports, jeux vidéo, restaurants, bars, musées…À l’instar des sneakers évoquant le détournement de chaussures de sport pour un usage quotidien, les références disponibles chez MOLLY dépassent leurs fonctions premières et s’imposent avant tout comme l’expression d’une culture, ou plus exactement de plusieurs cultures. Certains parlent de lifestyle, !Chez MOLLY, la mode et l’art, ne font qu’un et illustrent un paradigme unique. En vouloir plus, « want some more », le mantra scandé à chaque début de production du génial musicien US, Metro Boomin, résonne tel un écho volontaire.</p> <p><em>MOLLY incarne ce holisme moderne où les objets, les signes (vêtements, musiques, arts, sports...) deviennent des médiums, formant un tout pour la jeunesse.</em></p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202017-07-08%20%C3%A0%2014_14_23.png" style="height:366px; width:550px" /></p> <p> </p> <p>Ce blend culturel se retrouve dans la galaxie MOLLY.</p> <p>Pour l’amener à la hauteur de ses ambitions, Fares s’appuie sur un cercle d’activistes, de créateurs, de proches, pour concevoir une Place, une image cohérente et pertinente, et réinventer la relation client à travers les technologies communicantes actuelles et futures. </p> <p>Une boutique, ce ne peut plus être qu’un lieu pour distribuer des produits; désormais ce doit être un espace d’adhésion, d’échanges, de partage, de confrontation. </p> <p>MOLLY, à l’instar d’un média, propose une ligne, une direction.</p> <p> </p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202017-07-08%20%C3%A0%2014_14_43.png" style="float:left; height:537px; width:550px" />Le « nouveau Besançon » passe par de nouvelles infrastructures, de nouvelles expressions urbanistiques, de lieux culturels forts mais aussi et surtout, par de nouveaux commerces, des concepts innovants.</p> <p>La rue Bersot s’est toujours voulue atypique et particulièrement dynamique et vivante dans le centre-ville.</p> <p>C’est un point d’entrée-sortie; hier ornée d’arrière-boutiques et de pizzerias, aujourd’hui une rue qui grouille les nouvelles enseignes, de nouvelles idées, de pensées exploratoires. </p> <p>MOLLY ne pouvait pas trouver meilleure terre pour s’y implanter, et devenir un point de ralliement pour la jeunesse. </p> <p>Des médias (playlists, vidéos, photos, illustrations, ...), des événements ponctuels (expos, soirées, ...), MOLLY se positionne comme un agrégateur culturel à Besançon (FR-EU), venant contribuer et supporter cette créativité internationale et régionale.</p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202017-07-08%20%C3%A0%2014_15_05.png" style="height:550px; width:550px" /></p> <p> </p> <p> </p> <p>Un concept store, aussi une <em>company</em>, une société, un spot, autour de cette culture moderne, dépassant son statut de point de vente, comme la jeunesse dépasse la notion d’âge.</p> <p>Les technologies communicantes contemporaines ont désenclavé nombre de structures de pensée, aujourd’hui vous jouez à Candy Crush comme vos parents et Michelle Obama. Les groupes d’hier n’ont plus de pertinence aujourd’hui, et les théorèmes marketing en sont bouleversés. MOLLY décryptent ces mouvements sociologiques en étant en leur coeur, à leurs origines, pour les retranscrire à travers plusieurs médias. Images, cahiers de tendance, nouveaux théorèmes, pour mettre en place des concepts marketings pertinents et cohérents avec leurs temps.</p> <p> </p> <p>Si vous êtes de passage sur Besançon , passez « Chez MOLLY » pour y découvrir ce melting-pot multiculturel.</p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p><img alt="" src="/assets/upload/ckeditor/images/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202017-07-08%20%C3%A0%2014_15_34.png" style="height:816px; width:550px" /></p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p>Retrouvez toute la culture MOLLY sur Teekers d’un simple follow </p> <p>Teekers x MOLLY</p> <p> </p>